1. Medias
  2. paludisme 2 0

paludisme 2 0

Publié par grassod

le 29/05/2015

0 commentaire

paludisme 2 0

Relation de l'auteur au lieu : non renseignée

Description

L’un des cas récurent que l’on peut observer au dispensaire du village d’Hanyigba-Todji est la consultation pour le paludisme.
Malgré les affiches de prévention présentes et la sensibilisation faite de la part de l’infirmer responsable (notamment sur l’achat de moustiquaires pour dormir, que la majorité des habitants possèdent déjà) tous ont déjà fait une crise de paludisme et de multiples autres par la suite.
Les symptômes sont principalement une forte fièvre, courbatures, maux de tête et fatigue intense. A première vue, ils peuvent se confondre avec ceux de la grippe, mais ce n’est pas un virus à priori très présent dans cette région du monde. Pour ôter tout doute, l’infirmer effectue un dépistage par auto-piqure. Cela fonctionne de la même manière que pour un dépistage de diabète. Il faut patienter quelques minutes pour le résultat qui est clairement écrit négatif ou positif.
Si négatif, l’infirmier prescrit des médicaments qui traiteront les symptômes, pour 2 ou 3 jours maximum. Si le résultat du test est positif au paludisme, alors un traitement pour le paludisme est cette fois-ci prescrit. Il peut s’agir soit d’un traitement sur plusieurs jours, soit d’un médicament à prise unique. Dans tous les cas, ce qui est perfusions etc... pour traiter une grosse crise, sont impossibles au village. Dans ces cas-ci, bien qu’ils soient rares, le patient est conduit à l’hôpital de Kpalimé se trouvant à 35-45minutes en zemidjan.

Il est important de noter qu’au Togo, dès lors que quelqu’un ne se sent pas très bien, est fatigué ou bien a un simple mal de tête ; il revendique avoir une crise de paludisme. Il n’est pas rare d’entendre des phrases comme "je ne suis pas venu hier, j’avais le palu". Si, quand on a compris que le palu était, pour eux, la raison de tous leurs maux cela nous fait sourire ; un côté plus délicat est que ça atténue la gravité de cette maladie infectieuse à ne surtout pas prendre à la légère. Ils y sont cependant tellement habitués et savent reconnaître si vite les symptômes, qu’exceptionnellement, je préfèrerai me faire soigner au Togo plutôt qu’en France si une crise venait à se déclencher...

Tags de l'auteur

Documents complémentaires

Commenter

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.